Cyril FABBRO : Portrait de Créateur N°4

6 Déc 2019 | 0 commentaires

Le dispositif “Créer pour Entreprendre” de la Maison de l’Emploi et de la Formation Nord-Est 77, permet aux porteurs de projets de concrétiser leur projet de création d’entreprise, quels que soient leur âge ou leur statut. Nous souhaitons vous présenter aujourd’hui, le portrait de Cyril FABBRO, un jeune illustrateur qui a lancé un projet intitulé RIDDIM Girls et dont le travail a été exposé plusieurs fois au cours de l’année 2019. 


Monsieur FABBRO, pouvez-vous nous parler de votre parcours ?
J’ai fait un CAP Céramique pendant 2 ans et j’ai continué en BMA (Brevet des Métiers d’Art) que je n’ai pas eu malheureusement. J’étais déçu car j’ai toujours voulu travailler dans un domaine artistique. Du coup, j’ai fini par m’inscrire à la Mission Locale.

Comment s’est déroulé votre passage à la Mission Locale ?
Mon accompagnement s’est passé incroyablement bien, j’ai intégré la Garantie Jeunes, où j’ai découvert le dispositif “Créer pour Entreprendre” et cela a été une véritable révélation. J’ai été reçu par un professionnel de la création d’entreprise, qui a su m’écouter et croire en moi. Il m’a montré plein de choses super intéressantes et m’a vraiment prouvé qu’on peut arriver à réaliser ses rêves. Depuis j’ai pu faire deux expositions sur mon projet de BD et je compte lancer une marque de vêtements sur les RIDDIM Girls.

RIDDIM Girls ? Pourquoi uniquement des femmes ? Avez-vous un message à faire passer ?
Je dessine très souvent des femmes et je dirai même tout le temps, c’est le principal sujet de mes dessins. Je suis pour le droit des femmes pour leur liberté, car on a beau être au 21e siècle, ce monde ne laisse pas assez de place aux femmes et leurs valeurs. La femme est l’élément premier pour faire évoluer l’Humanité.

Pourtant, quand on regarde le style des RIDDIM Girls, on pourrait penser l’inverse.
Si vous voulez parler de leur style vestimentaire, elles ne suivent pas vraiment la mode elles suivent plutôt leurs instincts, leurs humeurs, leurs folies. Je ne les dessine pas pour le plaisir de les faire sexy ou trop sensuelle ou vulgaire, je l’ai fait, car je trouve ça intéressant et surtout plus puissant.

Pourquoi ce style « trash » ?
Tout comme les hommes, les femmes, autant elles sont sensibles, autant elles ont du caractère. Être une femme et survivre dans ce monde où l’homme a pris le dessus sur l’histoire ne veut pas dire que la femme est que douceur et fleur bleue. Elle a ses désirs, ses vices, ses tourments et cherche des échappatoires comme les hommes, tels que l’alcool, le sexe, la musique. C’est donc ce que je souhaite représenter à travers mes dessins.

Avez-vous un dernier mot pour terminer cet interview.
The Story begins. Follow Us…*

*Traduction : L’Histoire commence. Suivez-nous…


Retrouvez ci-dessous quelques photos de sa dernière exposition au CIDJ de Paris, 101 Quai Branly 75015 Paris. Vous pouvez y retrouver ses réalisations depuis le 18 novembre jusqu’au 13 décembre 2019 ainsi que celle d’Ibrahim KONTE, un jeune mangaka, que nous vous avions déjà présenté il y a quelques mois (cliquez ici, pour revoir son portrait).

0 commentaires

Laissez un commentaire

Tous les articles

Voir tous nos évènements

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

%d blogueurs aiment cette page :

Région Ile-de-France

Pays de Meaux